cache Gomme Xanthane Bio
  • gomme xanthane bio cosmétique utilisation bio flore la réjouisserie
gomme xanthane bio cosmétique utilisation bio flore la réjouisserie
gomme xanthane bio cosmétique utilisation bio flore la réjouisserie
  • gomme xanthane bio cosmétique utilisation bio flore la réjouisserie

Gomme Xanthane Bio

5,40 €
TTC

La gomme xanthane augmente la viscosité des produits liquides.
Elle est admise dans les cahiers de charge des cosmétiques bio.
Elle est non polluante et dépourvue de danger.

Quantité

Conseil d'utilisation

La gomme xanthane permet en priorité de confectionner des gels. Elle s’intègre à froid ou à chaud dans la phase aqueuse. Le meilleur moyen est de faire chauffer légèrement la phase aqueuse et d’intégrer la gomme xanthane, progressivement et en pluie. Bien mélanger au fouet jusqu’à faire disparaître les grumeaux. 

Pour obtenir un gel fluide, la gomme xanthane représentera moins d’1% du volume. On arrivera à 2% pour obtenir un gel épais. 

Cette version dite « transparente » est la plus recherchée car n’influençant pas la couleur de vos compositions. Par exemple, votre gel sera véritablement transparent. 

Vous pouvez très simplement vous confectionner un gel apaisant du contour des yeux au départ d’un hydrolat de bleuet. Dans ce gel strictement aqueux, on peut parfaitement ajouter au maximum 1% d’HE (par exemple du lentisque pistachier pour les paupières gonflées). 

Les petits plus

L’autre application possible de cette gomme de xanthane est de l’intégrer dans une émulsion légère (du type huile dans eau), c’est-à-dire en présence d’une phase aqueuse importante. Son rôle sera alors de stabiliser l’émulsion et surtout pour apporter à la crème une qualité supplémentaire de douceur et de lissage. Dans ce cas, diluer jusqu’à 0,3% dans la phase aqueuse.

Vous aimerez aussi

Avis

Votre commentaire

Gomme Xanthane Bio

La gomme xanthane augmente la viscosité des produits liquides.
Elle est admise dans les cahiers de charge des cosmétiques bio.
Elle est non polluante et dépourvue de danger.

Votre commentaire